Folie française

From Liberpédia

La Folie française telle que décrite ci-après prend forme depuis le début des années 1990 comme conséquence d'un anti-libéralisme plus ou moins virulent et obsessionnel s'imposant progressivement dans la quasi-totalité des milieux intellectuels, universitaires, médiatiques et politiques (et accessoirement culturels et artistiques) de France. Elle se décline selon trois modalités principales :

  • Elle consiste d'abord à décrire le monde et/ou l'Occident et/ou en particulier la France comme régis par un système libéral, voire « ultralibéral », alors que partout[1] (https://en.wikipedia.org/wiki/Government_spending#As_a_percentage_of_GDP), et en particulier en France[2] (https://www.weforum.org/agenda/2016/08/the-number-of-days-europeans-have-to-work-to-pay-off-their-annual-tax-bills/), l'emprise des institutions étatiques et paraétatiques n'a jamais été aussi importante, réalité qui peut être objectivement constatée, que ce soit par le nombre extraordinairement élevé d'hommes de l'État – politiciens, élus, fonctionnaires (http://www.insolent.fr/2016/12/desetatiser-le-modele-social.html#_ftn1), parafonctionnaires et salariés des entreprises « publiques » (une bonne partie d'entre eux bénéficiant de privilèges exorbitants[3] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note3)) – et le coût faramineux que ceux-ci font peser sur les (véritables) producteurs de richesse, le niveau de fiscalité[4] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note4) (conséquence directe de ce qui précède), le niveau de dépenses étatiques ou encore la croissance législative[5] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note5). Corollaire de cette description proprement délirante, on va ensuite attribuer au « libéralisme » toutes sortes de maux, réels ou imaginaires, que naturellement seul le « retour de l'État » pourrait pallier… c'est-à-dire encore plus d'État, voire même une accélération du rythme de l'étatisation, puisqu'il y a déjà plus d'État chaque année[6] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note6).
  • Elle consiste ensuite à organiser des « débats » exclusivement et en permanence entre étatistes et/ou antilibéraux revendiqués de diverses tendances (communistes, écolo-gauchistes, socialistes, sociaux-démocrates, solidaristes, thuriféraires de l'« État stratège » et du « patriotisme économique », souverainistes, sociaux-conservateurs, nationalistes…)[7] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note7), qui, éventuellement au cours de ces « débats », vont s'accuser mutuellement de « libéralisme », voire d'« ultralibéralisme »[8] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note8). On pourra à l'occasion, pour faire bonne mesure, inviter dans ces débats un pseudo-libéral
  • Elle consiste enfin à décrire l'idéologie dominante telle que ressortant de ces débats, et plus généralement du discours politique, médiatique, journalistique, universitaire, « scientifique » (dans les sciences sociales), etc. comme « pensée unique (néo/ultra)libérale ». Alors que c'est rigoureusement l'inverse qui est vrai, les innombrables chiens de garde du socialisme – et plus généralement de l'étatisme – tenant massivement le haut du pavé. Le domaine de l'économie (enseignement et recherche), en particulier, est en réalité largement dominé par les néoclassiques, les néokeynésiens et, de manière générale, les économistes mathématiciens, économètres et statisticiens, autrement dit des économistes qui s'opposent tous au laissez-faire[9] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note9), et inspirent et/ou soutiennent (à des degrés divers) les politiques interventionnistes de l'État français depuis des décennies. La Folie française s'illustre dès lors en désignant ceux-ci comme « orthodoxes » et en leur opposant les soi-disant « hétérodoxes » – keynésiens purs et durs, régulationnistes, institutionnalistes, conventionnalistes, protectionnistes, marxistes, décroissancistes – autrement dit des interventionnistes et étatistes encore plus radicaux. Naturellement, les seconds accusent les premiers d'être des « libéraux » (néo, ultra…), ce dont les premiers, à fort juste titre, se défendent vigoureusement[10] (http://fr.liberpedia.org/Folie_fran%C3%A7aise#endnote_note10). Et naturellement aussi, l'existence de tous les autres courants de la réflexion économique, a fortiori le plus pertinent d'entre eux, est, dans ces débats, le plus souvent, intégralement ignorée ou passée sous silence.


  • 3 ^  Sur ce sujet, se référer aux travaux réalisés par les associations Contribuables associés (http://www.contribuables.org/) et Sauvegarde Retraites (http://www.sauvegarde-retraites.org/), et par l'institut d'études et laboratoire d'idées iFrap (http://www.ifrap.org/) (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).
  • 4 ^  Voir Tax revenues reach new high as the tax mix shifts further towards labour and consumption taxes (http://www.oecd.org/newsroom/tax-revenues-reach-new-high-as-the-tax-mix-shifts-further-towards-labour-and-consumption-taxes.htm). Consulter également les travaux de l'Iref (http://fr.irefeurope.org/) (Institut de recherches économiques et fiscales).
  • 5 ^  Voir par exemple l'article « Inflation législative: non, le Code du travail n'est pas celui qui grossit le plus vite » (http://www.slate.fr/story/74079/inflation-legislative-code-travail).
  • 6 ^  Voir par exemple l'évolution du taux de prélèvements obligatoires en France de 1960 à 2006 (https://web.archive.org/web/20160322112408/http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1136/graphiques.html#graphique7). Voir également la masse salariale de l'État (http://www.fipeco.fr/images/0.23588300%201477659124.jpg) (source (http://www.fipeco.fr/fiche.php?url=Les-d%C3%A9penses-de-personnel-de-lEtat)).
  • 7 ^  Une bonne partie d'entre eux pouvant également se dire « (profondément) républicain », mot du vocabulaire politico-idéologique français usé jusqu'à la corde et aujourd'hui pratiquement vide de sens (voir le livre de Frédéric Rouvillois Être (ou ne pas être) républicain (http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2015/10/23/31005-20151023ARTFIG00375-frederic-rouvillois-le-mot-8216republique-est-a-la-fois-vide-et-sacre.php)), sinon celui de servir à justifier l'intervention de l'État (républicain bien sûr) dans tous les domaines…
  • 8 ^  Par la même occasion, les uns et les autres pourront aussi stigmatiser, au choix : la « mondialisation (libérale) débridée », la « marchandisation », le « règne de la marchandise », la « société de consommation », l'« égoïsme » (des riches, des patrons, des entrepreneurs, de ceux qui tentent, illégalement ou même légalement, d'échapper en partie à l'impôt…), l'« individualisme (triomphant) », le « règne de la loi du marché / du libéralisme intégral », le « capitalisme sauvage », le « principe de rentabilité », la « dictature du profit », le « libre-échange généralisé », la « mondialisation techno-marchande », la « démission de l'État », le « démantèlement de l'État social », le « turbocapitalisme », l'« évangélisme / l'intégrisme du marché », la « domination de l'ordre libéral », « l'idolâtrie néolibérale », l'« idéologie du chacun pour soi », la « logique du profit », l'« axiomatique de l'intérêt » (Alain Caillé et repris par Alain de Benoist), le « laisser-faire total », la « religion de l'homo economicus », la « société du “tout-à-l'ego” » (Régis Debray), la « dérive archéo-libérale du gouvernement », la « surenchère libérale », la « vulgate médiatico-libérale dominante », « l'Europe (ultra-)libérale » pour désigner l'Union européenne (voir URSE pour ce qu'il en est en réalité), le « techno-libéralisme » (Éric Sadin), l'« hybris néolibérale », la « logique libérale » (Michéa), le « tout-marché », le « catéchisme gaucho-libéral » (Michel Onfray), les grands médias « entièrement acquis au néolibéralisme » (Aude Lancelin), le « rouleau compresseur de la dynamique capitaliste » (Michéa)…
  • 9 ^  Le tollé suscité par la nomination de Pascal Salin au jury d'agrégation, y compris de la part d'autres économistes, pour avoir osé tenter de permettre à quelques authentiques libéraux d'obtenir une promotion, sur les nombreux professeurs non libéraux du concours de cette année-là – et sur les quelques centaines de non-libéraux agrégés titulaires [11] (http://www.liberation.fr/societe/2004/02/24/opa-ultraliberale-sur-l-agregation-d-economie_469997) –, en constitue un témoignage emblématique.
  • 10 ^  Parmi les théories économiques interventionnistes maintes fois démontées par les économistes sérieux, mais toujours massivement enseignées –  non par « orthodoxie économique » (au sens des soi-disant « hétérodoxes »), mais précisément parce qu'elles préconisent l'intervention de l'État (on peut d'ailleurs fortement soupçonner que leurs conclusions interventionnistes ont précédé l'élaboration ex post et ad hoc desdites théories) –, nous pouvons citer les « politiques de concurrence », la « théorie des externalités », ou encore la « théorie des biens publics ».


La Folie française vue par François Guillaumat :

La Folie française consiste à décrire comme « libéral » un État qui est au contraire tellement socialiste que désormais il ne peut plus ni voler ni promettre de voler davantage pour tenir à la fois toutes les promesses qu’il a faites à ses Parasites Institutionnels.
Face à cette incapacité, la scène politique française voit défiler des fous qui dénoncent son « ultra-libéralisme » ; tout aussi follement, d’autres considèrent comme « normales » les institutions criminelles qui ont conduit à cette impasse, ne comprenant pas plus qu’ils sont socialistes que le poisson rouge ne sait qu’il est dans un bocal.
Tant qu’on attribuera « la crise » à la liberté résiduelle et non à leurs usurpations massives et irresponsables, les puissants du moment ne pourront qu’en tirer prétexte pour accroître l’arbitraire de leur pouvoir.
Pourtant, ils s’en sortiraient plus facilement en disant la vérité sur l’absurdité d’un système qui ne fait que voler et subventionner tout le monde sans aucun profit pour personne, au prix d’une destruction que tout le monde sous-estime.


Voir aussi

Mots-clés

folie française antilibérale - folie française anti-libérale - antilibéralisme - folie collective - classe parlante

Toolbox
Search
Meta