Forces du désordre

From Liberpédia

Les forces du désordre (FDD) sont des fonctionnaires qui usent directement de la violence armée, de la contrainte physique ou de la menace directe de violence armée pour :

  • appliquer les lois, ordonnances et autres décrets ou arrêtés décidés par les hommes de l'État ;
  • obéir directement aux ordres des hommes de l'État, les protéger, et confisquer des biens pour leur profit ;
  • garantir leur propre source de financement en garantissant celui de l'État ;
  • servir leur propre intérêt, par exemple asseoir leur autorité, satisfaire leur plaisir sadique, ou obtenir des biens pour leur propre usage.

Les forces du désordre constituent le contraire des forces de l'ordre.

Table of contents

Les forces du désordre et leur action

Les prétendues forces de l'ordre et les prétendus criminels

... Cette police dont les coupables sont le prétexte, et les innocents le but.
Benjamin Constant, Le Cahier rouge (1830)

Les médias partie prenante du Système, partisans de l'esclavagisme-absurdisme, les appellent, comble de l'inversion des valeurs, les forces de l'ordre, en particulier pour annoncer l'héroïque arrestation par ceux-ci de dangereux criminels. Sont en particulier considérés comme dangereux criminels :

  • les joueurs clandestins qui s'adonnent à des activités prohibées ;
  • les trafiquants de produits illicites et autres contrebandiers ;
  • les affreux racistes qui s'imaginent pouvoir choisir eux-mêmes avec qui travailler, quoi servir à manger[1] (http://www.google.com/search?sourceid=navclient-ff&ie=UTF-8&rlz=1B2GGGL_enCH177&q=soupe+identitaire) ou qui laisser entrer chez soi ;
  • les immigrés "clandestins" qui ont l'outrecuidance d'être nés dans le mauvais pays ;
  • les dangereux tenanciers de débits de boisson, qui s'imaginent pouvoir décider de la façon de servir leurs boissons (ATF 6B.189/2009 [2] (http://www.justools.ch/index.html?/bgeunpubl_liste/d/informationen/bgeunpubliziert/Jahr_2009/Entscheide_6B_2009/6B.189__2009.html)) ;
  • les infâmes égoïstes qui s'imaginent pouvoir aider eux-mêmes[3] (http://www.dailymail.co.uk/news/article-2822829/Charity-worker-90-arrested-police-feeding-homeless-gets-right-work-one-day-later-despite-outcry-insensitive-mayor-gets-arrested-again.html) les pauvres[4] (http://www.lavoixdunord.fr/region/mamie-loto-condamnee-a-six-mois-de-prison-avec-ia37b0n2477078), avec de l'argent obtenu sans violence, alors qu'il est de notoriété publique que les FDD et leur méthodes violentes pour obtenir de l'argent sont la seule solution à tout problème social.

Le "travail" des forces du désordre

Font donc partie des forces du désordre tous les fonctionnaires qui sont payés pour user de la violence dans un but autre que le respect du Droit ou ordonner directement cette violence illégitime, ou contribuer de façon directe à son usage immédiat. C'est à dire principalement les policiers, douaniers, gardiens de prisons, etc. Dans un sens plus large, nous pouvons y inclure les juges, procureurs, et tous les autres fonctionnaires impliqués directement dans le système policier et judiciaire, à l'exception de ceux qui ont toujours respecté le Droit (en théorie, il convient de faire la distinction entre par exemple un policier de la brigade des cambriolages et un policier de la brigade des stupéfiants ; en pratique toutefois, les activités des membres individuels des forces du désordre sont plutôt une combinaison d'activités légitimes et illégitimes) ainsi que parfois des extras comme les "délateurs", qui bien que ne jouissant pas du statut de fonctionnaire espèrent y parvenir un jour en se rendant complices des forces du désordre.

Ces différents intervenants peuvent collaborer entre eux, ou parfois s'opposer : ainsi, un policier peut arrêter un vrai criminel, qui sera ensuite libéré par un juge, ou au contraire, arrêter un faux criminel qui sera innocenté par le juge, mais souvent, le policier arrêtera un honnête citoyen, et le juge le condamnera, et les gardiens de prison le surveilleront : il y a donc responsabilité à chaque étape, malgré les excuses des forces du désordre qui vous expliqueront qu'eux ne font que "obéir aux ordres" ou "appliquer la loi" : l'Argument d'Eichmann n'est pas admissible.

Une étude sur le comportement des policiers au cours de l'occupation allemande de la France de 1940 à 1945. L'auteur rend la police française responsable de la déportation de plus de 200 000 personnes au cours de cette période.

Principes des forces du désordre

  • Principe premier, l'obéissance aux ordres des hommes de l'État. Plus les ordres sont absurdes et plus le membre des forces du désordre qui leur obéit quand même est un bon fonctionnaire.
  • Deuxième principe, la non-reconnaissance de la présomption d'innocence. Au contraire, le justiciable est toujours considéré coupable a priori. En fait, il est toujours considéré coupable - il sera relâché non pas parce qu'il sera reconnu innocent, mais parce qu'on voudra bien le laisser partir. Idéalement, lorsque les hommes de l'État ont bien fait leur travail, tant d'activités parfaitement légitimes sont illégales qu'il est pratiquement impossible qu'un individu n'en ait pas violé une seule, d'autant plus que le nombre de lois devient suffisamment important pour qu'il soit impossible pour un individu de toutes les connaître. Dès lors, nul n'est jamais innocent, et la présomption d'innocence devient caduque. Les forces du désordre ont ainsi la marge de manœuvre et la latitude nécessaires pour l'exercice de leur fonction, c'est-à-dire que la question de qui est coupable et qui est innocent est laissée à leur discrétion. Parfois, les lois sont également faites délibérement en sorte qu'il soit impossible de toutes les respecter dans le cadre de n'importe quelle activité. C'est notamment le cas dans de nombreux pays du Tiers-Monde, ou la corruption devient ainsi un moyen de survie, la pratique d'une activité commerciale tout ce qu'il y a de plus normale impliquant le versement soit d'une amende, soit d'un pot-de-vin (la corruption n'étant en l'occurence pas le problème, mais bien une conséquence inévitable de lois absurdes). Les pots-de-vin sont à ce point indispensables pour survivre face à certains États que d'autres États (les pays dont les ressortissants exportent ou investissent dans les premiers) ont permis de les déduire fiscalement.
  • Troisième principe, la préférence pour les contrôles aléatoires, arbitraires, niant la présomption d'innocence (voir point précédent) ou même la constitution s'il le faut [7] (http://www.duicentral.com/dui/constitution.html), et visant les honnêtes gens plutôt que des contrôles visant les individus réellement dangereux, les forces du désordre pratiquant à haute dose la piloufacie. Un contrôle de vitesse sur une autoroute est toujours plus urgent que patrouiller dans les banlieues.

Explications des priorités des forces du désordre

Les priorités des forces du désordre peuvent être expliquées rationnellement :

  • Puisque, par définition, les vrais criminels sont plus dangereux que les faux, il est plus facile de s'en prendre aux faux, c'est à dire aux honnêtes gens qui ne menacent personne. Il est moins dangereux d'arrêter un joueur de rami qu'un fou furieux armé. Les forces du désordre préfèrent donc s'en prendre à un innocent désarmé qu'à un criminel armé. Elles préfèrent également s'en prendre à un innocent armé qu'à un criminel armé : alors que le criminel armé peut servir de prétexte aux forces du désordre pour clamer la nécessité de leur existence et de leur statut pour la préservation de la sécurité – on prendra donc soin de toujours laisser impunis une certaine quantité de criminels armés –, l'innocent armé, surtout s'il est prêt à assurer lui-même sa défense, voire, pire, à résister à la violence agressive des forces du désordre, est une menace pour le monopole des forces du désordre.
  • Les incitations venues "d'en haut", soit leurs supérieurs, ou la "Justice" : si un membre des forces du désordre voit que lorsqu'il arrête de vrais criminels, ceux-ci seront relâchés, pourquoi s'en donner la peine ? S'il n'est pas même autorisé à se défendre contre les vrais criminels [8] (http://ordre.net/?id=93) , autant dire qu'il va les éviter autant que possible ! Si par contre il est félicité, voire promu, lorsqu'il met fin à un commerce légitime, par exemple par le biais d'une importante saisie, il est logique que ce soit là sa priorité.
  • Quant à l'obéissance et l'envie d'autorité et de pouvoir arbitraire sur autrui, elles sont souvent impliquées par le fait même de postuler et d'être admis aux forces du désordre.

Les forces du désordre et le Droit

Le laissez-fairisme tient que toute violence est destructrice, définissant comme une violence le fait de disposer du bien et de la personne d'autres êtres malgré eux. Dans ces conditions, la violence ne peut servir la création que si elle s'oppose à une autre violence qui détruirait ou empêcherait cette création. L'Etat agissant par définition par la violence, les hommes de l'Etat qui neutralisent les voleurs et les assassins servent la création, ceux qui prennent aux uns, forcément pour donner à d'autres, pratiquent la destruction.
Laissez-faire

La loi de l'action des forces du désordre

Image:Helppol.gif Image:AideLaPolice.gif

Plus une loi est proche du Droit naturel, plus les forces du désordre font preuve de désinvolture à l'égard de son non-respect. En particulier, la complaisance est de mise à l'égard de tous les socialement proches, les parasites sociaux institutionnels, et les partenaires sociaux à part entière lorsque ceux-ci violent le droit de propriété. Les vrais crimes, tels que le vol, ne sont donc pratiquement pas poursuivis, et leurs auteurs condamnés à des peines mineures, voire pas du tout.

Et vice versa : plus une loi est contraire au Droit naturel, donc nocive et injuste, plus elle doit, du point de vue des forces du désordre, être respectée ; plus les contrevenants sont d'honnêtes gens qui n'ont fait de mal à personne, plus ils doivent être pourchassés avec vigueur.

Pour résumer cette loi de l'action des forces du désordre :

Plus une loi est proche du Droit naturel, plus les forces du désordre font preuve de désinvolture quand il s'agit d'arrêter et condamner ceux qui l'enfreignent (les criminels). Plus une loi est contraire au Droit naturel (donc injuste), plus les forces du désordre se soucient de l'appliquer et condamner à la prison ceux qui l'enfreignent (les honnêtes gens qui n'ont fait de mal à personne).

Ainsi, les forces du désordre prétexteront le "manque d'effectifs" (prétexte parfait pour tenter d'accroître leur budget et donc leur pouvoir) pour ne rien faire contre les dommages à la propriété, les vols et les agressions, alors qu'au même moment elles auront des brigades entières consacrées à la chasse aux honnêtes gens.

Ce principe est malheureusement illustré chaque jour :

  • Face à la multiplication des cambriolages à Genève, la police a répondu qu'elle "manquait d'effectifs" pour surveiller le territoire.
  • "L'individu est déjà connu des services de police pour des délits mineurs (cambriolage, vol par effraction). " (Le Matin, 2006-01-16) Un cambriolage est donc un délit mineur : la presse collabore à minimiser les vrais crimes. De même, l'insécurité n'est qu'un "sentiment d'insécurité".
  • "l'artisan-charcutier de l'Oise qui avait comparu devant le tribunal de Compiègne pour discrimination à l'embauche le 7 décembre dernier vient d'être condamné aujourd'hui à deux mois de prison avec sursis, 500 euros d'amende, 4 000 euros de dommages-intérêts au profit du jeune Français (d'origine africaine) musulman qui l'accusait de discrimination et à un euro de dommages-intérêts au profit de SOS-Racisme."
  • "Une trentaine de policiers ont interpellé jeudi 29 joueurs clandestins dans un café de Prilly (VD). Ils ont saisi plus de 40 000 francs, indique la police cantonale vaudoise. Les joueurs s'adonnaient notamment au poker et au rami." [9] (http://ordre.net/?id=113)
J’y croirai quand les flics expliqueront à leurs supérieurs qu’ils ne veulent plus défendre les racailles contre les méchants racistes qui disent des choses racistes. Qu’ils ne veulent plus perquisitionner à 6 heures chez des honnêtes gens qui ont simplement *dit* des choses qui ne plaisent pas à des associations, par exemple. Quand ils ne traiteront plus les plaintes de ces associations antiracistes mieux et plus vite que n’importe quelles autres plaintes, avec un zèle évident. Et quand ils affirmeront clairement contre les politiques et les journalistes le lien qu’ils connaissent tous entre délinquante ou criminalité et immigration africaine.

"What we have in this country today, then, is both anarchy (the failure of the state to enforce the laws) and, at the same time, tyranny—the enforcement of laws by the state for oppressive purposes; the criminalization of the law-abiding and innocent through exorbitant taxation, bureaucratic regulation, the invasion of privacy, and the engineering of social institutions, such as the family and local schools; the imposition of thought control through "sensitivity training" and multiculturalist curricula, "hate crime" laws, gun-control laws that punish or disarm otherwise law-abiding citizens but have no impact on violent criminals who get guns illegally, and a vast labyrinth of other measures. In a word, anarcho-tyranny."

Les lois contraires au Droit naturel détruisent l'ordre

Plus un honnête commerçant, par son commerce, limite l'effet destructeur des politiques esclavagistes-absurdistes (par exemple, un "contrebandier" ou "un trafiquant" [10] (http://ordre.net/?id=146) [11] (http://ordre.net/?id=218) limitent les effets de la pénurie ou des prix élevés amenés par les violations de droit socialistes [12] (http://www.amazon.fr/o/ASIN/2251440127/consumerismec-21?creative=6410&camp=1414&link_code=as1)), plus il devra être pourchassé à grand frais, pour ainsi amplifier encore la destruction de richesse causée par l'intervention étatique. Le succès de l'opération de destruction socialiste dépend donc du degré d'application de la loi par les forces du désordre : mieux celles-ci font leur travail, plus le désordre social et économique sera important.

Les lois contraires au Droit naturel sont nécessairement destructrices, en plus d'êtres esclavagistes-absurdistes : elles sont esclavagistes parce qu'elles nient la propriété de soi, absurdistes parce que reposant sur des raisonnements absurdes, et destructrices par la destruction de valeur qu'elles entraînent. La guerre à la drogue en est l'exemple le plus flagrant.

Surtout, éviter le maintien de l'ordre

Enlarge

Parmi les dangereux criminels, les pires, les ennemis du peuple, sont ceux qui, non seulement ne respectent pas la loi, mais en plus, crime ultime, tentent de faire respecter le Droit. Ceux-là, bien sûr, doivent subir un châtiment exemplaire. Ce sont par exemple ceux qui défendent leur propriété contre l'agression criminelle que les forces du désordre laissent impunie, ou ceux qui contestent l'inégalité en Droit dont prétendent jouir les forces du désordre en s'armant et assurant eux-mêmes leur sécurité. Nous pouvons également inclure dans cette catégorie ceux qui font de la résistance à l'agression des forces du désordre, par exemple en faisant de l'évasion ou de la fraude fiscales.

  • "Le transporteur de fonds qui a tué vendredi un malfaiteur qui s'était caché dans le faux plafond d'une salle de distributeurs automatiques de billets aux Ulis, dans l'Essonne, a été mis en examen dimanche pour homicide volontaire. [13] (http://news.tf1.fr/news/france/0,,3275160,00.html).
  • "Le multimillionnaire britannique Ian Leaf a été condamné à Londres à douze ans de prison pour une fraude fiscale" (Bilan, 2006-01-18)

Ceux qui sont plus égaux que les autres

Les membres des forces du désordre sont, eux-mêmes, bien sûr, plus égaux que les autres. Tout ce que les justiciables ne sont pas autorisés à faire (transporter de la drogue, porter une arme, faire un excès de vitesse, etc.), les membres des forces du désordre, eux, non seulement ont le « droit » de le faire, mais sont des héros lorsqu'ils le font. [14] (http://ordre.net/?id=109) [15] (http://ordre.net/?id=101)

De même, les hommes de l'État non seulement ne sont pas empêchés de violer le Droit, mais en plus peuvent impunément, avec la protection des forces du désordre, violer les lois qu'ils ont eux-mêmes imposées, et qu'ils devraient donc être les premiers - voire les seuls, puisque eux seuls les ont acceptées à l'unanimité - à être tenus de respecter.

Les forces du désordre et la sécurité

- What about the cops? They do anything?
- Yeah. They enforce the parking laws.
Death Wish 3

Le maintien de l'ordre

Bien sûr, toutes les activités des forces du désordre ne sont pas criminelles. Il convient d'évaluer les actions des forces du désordre comme celles de n'importe qui, et faire la différence entre les actes qui relèvent du vandalisme et ceux qui sont légitimes. D'ailleurs, même les pires criminels consacrent la majeure partie de leur temps à des activités non-criminelles. Les forces du désordre peuvent aussi parfois empêcher de vrais crimes, et arrêter des voleurs. Ces activités sont légitimes, et il est donc préférable qu'elles soient faites par eux que par personne. En particulier, il peut être souhaitable qu'un gang moins nuisible s'en prenne à un gang plus nuisible ; c'est cet argument-là qui a été utilisé lors du débat sur l'intervention en Iraq par certains libéraux qui considéraient comme une bonne chose le renversement de la dictature de Saddam Hussein par l'armée américaine, tout en reconnaissant le caractère destructeur de l'État américain en tant qu'État.

Principes des forces de l'ordre que les forces du désordre ignorent

Le fondateur de la police britannique, Sir Robert Peel, avait identifié neuf règles que les forces de l'ordre devraient respecter :

  1. La police a pour mission fondamentale de prévenir le crime et les désordres.
  2. La police ne peut s'acquitter de ses fonctions que dans la mesure où ses actions sont approuvées par le public.
  3. La police doit s'assurer de la coopération du public dans le respect des lois afin de pouvoir gagner et conserver le respect du public.
  4. Il ne faut jamais perdre de vue le fait que la collaboration obtenue du public diminue proportionnellement avec la nécessité de recourir à la force physique et à la coercition dans le maintien de l'ordre public.
  5. La police préserve la faveur obtenue du public non pas en satisfaisant à l'opinion publique, mais en servant constamment la loi de façon impartiale.
  6. La police utilise la force physique dans la mesure où elle est nécessaire pour faire respecter la loi ou pour rétablir l'ordre seulement lorsque le recours à la persuasion, aux conseils et aux avertissements se révèle insuffisant.
  7. La police devrait, en tout temps, avoir avec le public une relation qui s'inscrit dans la tradition historique voulant que la police est le public et que le public est la police; les policiers ne sont que des membres du public qui sont payés pour consacrer à plein temps leur attention à des fonctions qui incombent à tout citoyen dans l'intérêt du bien-être et de l'existence de la collectivité.
  8. La police doit toujours orienter ses mesures uniquement en vue de ses fonctions et ne jamais sembler usurper les pouvoirs du système judiciaire.
  9. Le critère d'efficacité de la police est l'absence de crime et de trouble, non pas l'action policière manifeste à cet égard.

Autrement dit : pour que policiers soit synonyme de forces de l'ordre et non forces du désordre, alors les policiers doivent comprendre qu'ils sont des êtres humains comme tout le monde, et ont donc exactement les mêmes droits que tout le monde, ni plus ni moins. Ainsi, comme le soulignait Sir Robert Peel, ce sont des membres du public qui se consacrent à plein temps à des tâches de police, tâches que l'ensemble du public est en droit de faire également, mais choisit simplement de leur déléguer pour des raisons pratiques.

Et comme le disait John Locke :

The people cannot delegate to government the power to do anything which would be unlawful for them to do themselves.

Autrement dit, le public délègue à la police ce qu'il a le droit de faire, c'est à dire assurer l'ordre en protégeant les membres du public des agressions. Il ne peut pas lui déléguer, et ne lui délégue pas, ce qu'il n'a pas le droit de faire lui-même, c'est à dire créer du désordre en commettant des agressions.

Les mauvaises priorités

Souvent, le débat sur l'action des forces du désordre est posé sous la forme d'une fausse dichotomie, entre une opinion de droite et une de gauche, l'attitude "de droite" étant plus de "sévérité" et la gauche moins. Certains parleront également volontiers de durcissement d'une politique. Or, si la notion de sévérité ou durcissement d'une politique peuvent avoir un sens pour des cas précis, raisonner en ces termes à propos d'une politique générale implique de passer complètement à côté des enjeux posés. Par exemple, il n'y a rien de sévère ou de clément à condamner un innocent (par exemple sous prétexte d'une loi illibérale) à un an de prison ou à 10 ans de prison : dans les deux cas c'est une injustice. De même, le débat ne saurait se résumer à mener une politique "laxiste" ou "répressive" : la vraie question est l'afffectation des resources policières, nécessairement limitées.

Faut-il que les policiers, quel que soit leur nombre à notre disposition, passent plus de temps à patrouiller dans la rue, à pourchasser les voleurs et à récupérer le butin de leurs vols, ou à espionner ceux qui participant à des crimes imaginaires, tels que la prostitution, l'usage de la drogue, ou la contrebande ? Et faut-il que les policiers consacrent plus de temps et d'efforts à traiter des cas de divorce, des contraventions au code de la route, des affaires de vol à l'étalage, et d'assassinat, ou des "abus de position dominante" ? On voit bien qu'il faut nécessairement répondre à ces questions d'une manière ou d'une autre parce qu'aussi longtemps que la rareté existe et que nous ne vivons pas au Paradis terrestre, le temps et l'argent que l'on consacre à une chose ne peut pas aller à une autre. L'Etat doit lui aussi répondre à ces questions, mais quoi qu'il fasse, il le fait sans être soumis au critère du bénéfice ni de la perte comptables. Par conséquent, ses actes sont arbitraires et impliquent forcément d'innombrables erreurs d'affectation qui sont gaspilleuses du point de vue du consommateur. Largement indépendants des demandes du consommateur, les hommes de l'Etat, les producteurs de sécurité, font au contraire comme bon leur semble, et tout le monde le sait. Ils se promènent au lieu de faire quelque chose d'utile, et s'ils travaillent préfèrent faire ce qui leur est le plus facile ou ce qui leur permet de s'imposer aux autres au lieu de les servir. Les agents de police se promènent beaucoup dans des voitures, persécutent les petits contrevenants et dépensent des sommes énormes à enquêter sur des crimes sans victimes [la consommation de drogues, la prostitution, etc.] que la plupart des gens n'aiment pas mais pour lesquels peu accepteraient de dépenser en vue de les combattre, n'en étant pas directement affectés. En revanche, pour ce qui est de ce que les consommateurs souhaitent le plus ardemment – prévenir la délinquance grave, c'est-à-dire les crimes qui font des victimes, arrêter et punir les criminels endurcis, recouvrer le butin, et forcer les agresseurs à dédommager leurs victimes, la police est d'une inefficacité notoire, en dépit d'enveloppes budgétaires toujours croissantes.
Hans-Hermann Hoppe - Fallacies of Public Goods Theory and the Production of Security (http://www.mises.org/journals/jls/9_1/9_1_2.pdf)

L'inefficacité d'un monopole

Il convient de s'interroger sur la responsabilité du monopole des forces du désordre sur l'insécurité régnante. Un monopole est défini par le fait que la violence policière est exercée contre ceux qui voudraient entrer sur le marché monopolisé. Or, dans le cas du monopole de la sécurité, ce sont les mêmes forces du désordre qui jouissent des privilèges du monopole et qui sont chargées de le préserver ! Pas étonnant vu ce conflit d'intérêts que la lutte contre les producteurs de sécurité, et non la production de sécurité , soit la priorité des forces du désordre. ("We trust the drug traffickers more than the police (http://www.nctimes.com/articles/2005/10/23/news/nation/18_05_3310_22_05.txt)") ( THE WAR ON OUR OWN CITIZENS: AIRPORT SECURITY (http://www.quebecoislibre.org/05/050915-5.htm))

Conclusion : pour de véritables forces de l'ordre

Our society implants us with the myth of police as heroes, as tireless protectors and servers of the people. The idea of police as the good guys permeates culture; television networks air shows that glorify them; Hollywood deifies them through film; educators condition our dependence on them, urge us to call on them for aid, settle disputes, and to tattle and snitch on bad guys. We imagine chaos without them. We envision the collapse of society, hallucinate rampant vigilante justice, and experience constant fear when we ponder a world without them.
But in truth, cops fail to serve and protect. They cause more violence and chaos than they prevent.
Police, the good guys (http://turncoatresource.com/2014/01/28/police-the-good-guys/)

Les deux différences principales avec de véritables forces de l'ordre sont :

  1. L'incapacité ou la non-volonté d'assurer la sécurité, donc le fait de laisser des innocents se faire agresser, et donc l'échec à préserver l'ordre (insécurité) ;
  2. L'agression directe des innocents par l'application de lois contraires au Droit, et donc la création directe et délibérée de désordre (répression).

La création d'une fausse dichotomie entre ces deux points servira alors à masquer la véritable dichotomie, celle entre les forces de l'ordre et celles du désordre.

Être reconnaissant envers les forces du désordre pour le peu d'ordre restant relève du sophisme comptable : il est évident que la sécurité pourrait être bien mieux assurée par de véritables forces de l'ordre, c'est à dire des individus pouvant assurer leur sécurité, ou déléguer cette tâche à des agences qui auraient le respect du Droit comme but et comme intérêt, et non des buts en grande partie opposés à ceux des gens normaux.

Rappelons également que dans une société fondée sur la division du travail, acheter des services à autrui ne doit en rien impliquer de perdre des droits : j'ai le droit de produire du pain, mais je préfère laisser mon boulanger le faire. Et surtout, ce n'est pas parce que le pain est indispensable qu'il faudrait un monopole de la boulangerie. De même, j'ai le droit d'assurer ma sécurité, mais il peut être plus simple pour moi de laisser d'autres le faire à ma place. Cela ne justifie en rien un monopole, et surtout, n'implique en rien que cela donnerait à mes fournisseurs de services des droits que je n'aurais pas. Tout le monde a le Droit d'abattre un assassin ou de récupérer un bien volé ou empêcher un vol, personne n'a le Droit de tuer des innocents ou voler autrui : les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.

Ainsi, les policiers et les hommes de l'Etat en général, ont exactement les mêmes droits que n'importe qui, ni plus, ni moins.

Leur "monopole de la violence légitime" la rend ipso facto illégitime, et empire tous les problèmes qui leur servent de prétexte, tout en créant d'autres problèmes encore bien plus grave.

Une vraie police respecte le Droit et vise à protéger des agressions, et non à en commettre.

De même, une vraie justice respecte le Droit, et ne commence pas par le violer en cautionnant un monopole appliqué par la violence [16] (http://fare.livejournal.com/179694.html), et une vraie justice est fondée sur le principe de la réparation de l'agression commise , et non sur la perpétration de nouvelles agressions.

On remarquera ainsi que les forces du désordre sont particulièrement bien nommées, puisque leur action vise bel et bien à l'inversion complète des valeurs :

  • prétendre, au nom de la solidarité, détruire la solidarité (qui est par définition volontaire, et non contrainte) ;
  • prétendre, au nom du maintien de l'ordre, interrompre des processus volontaires du marché, et donc générér du désordre ;
  • prétendre, au nom de la sécurité, empêcher le marché de l'assurer, et donc créer de l'insécurité ;
  • prétendre, au nom de la Justice, arrêter des innocents, et donc commettre des injustices ;
  • prétendre, au nom de la lutte contre la violence, agir de manière violente [17] (http://dailyreckoning.com/gun-control-is-violence/) ;
  • prétendre, au nom du droit, appliquer des lois contraires au Droit.

Il convient donc de remplacer les forces du désordre par de véritables forces de l'ordre : L'ordre spontané plutôt que le désordre planifié, la non-agression plutôt que la violence arbitraire, la justice plutôt que la punition [18] (http://studentsforliberty.org/blog/2014/11/04/against-the-criminal-justice-system-pt-i-no-one-should-ever-be-punished/). Et commencer par identifier leur action pour ce qu'elle est, c'est à dire distinguer correctement l'ordre du désordre.

Toolbox
Search
Meta