État digne de ce nom

From Liberpédia

L’anti-concept de l’État digne de ce nom (« proper State » ou « proper government » en anglais) est un triple sophisme employé par Rand et ses disciples randroïdes afin de faire oublier leur manque cruel de théorie de l’État — de théorie expliquant qu’est-ce qu’un État, comment il émerge historiquement, qu’est-ce qui détermine son territoire[1] (https://www.youtube.com/watch?v=KHtgX15fUCY&feature=youtu.be&t=692), qu’est-ce qui détermine le comportement de ses agents (public choice), et comment mettre des limites à ce dernier (illusion constitutionnaliste).

Mais par quelle magie attend-on d’un monopole violent qu’il fasse soudain le contraire de ce qui constitue tout à la fois son principe de base, la condition de sa survie, et l’intérêt de ses agents?
François-René Rideau, Bastiat était-il libéral? Anarchisme et minarchisme (http://fare.livejournal.com/171147.html)
The only proper purpose of a government is to protect man’s rights, which means: to protect him from physical violence. A proper government is only a policeman, acting as an agent of man’s self-defense, and, as such, may resort to force only against those who start the use of force. The only proper functions of a government are: the police, to protect you from criminals; the army, to protect you from foreign invaders; and the courts, to protect your property and contracts from breach or fraud by others, to settle disputes by rational rules, according to objective law.
Ayn Rand, [2] (http://aynrandlexicon.com/lexicon/government.html)
A properly functioning government, one whose purpose is to protect individual rights against attack
Peter Schwartz, « Libertarianism: The Perversion of Liberty » in The Voice of Reason: Essays in Objectivist Thought, 1988.

Triple sophisme :

  1. sophisme du chat-qui-aboie : vouloir un État, mais respectueux des droits individuels (ce qui ne correspond ni à la définition commune de l’État, ni a aucun État n’ayant jamais existé ou existant) ;
  2. sophisme du No true Scotsman : prétendre que tout autre État ne serait pas un vrai État, pas un État digne de ce nom[3] (http://www.propertyrightsmatter.com/well-no-proper-statesmen/)[4] (https://mises.org/blog/when-you-have-property-rights-you-don%E2%80%99t-need-religious-freedom#comment-2687264804) (combiné au sophisme précédent : prétendre que tout chat qui n’aboierait pas, ne serait pas un vrai chat) ;
  3. sophisme de l’homme de paille inversé : traiter les États existants comme s’ils correspondaient à la définition donnée — alors qu’ils n’y correspondent pas, et ne peuvent pas y correspondre (autrement dit : exiger un chat-qui-aboie, proclamer que tout chat qui n’aboierait pas ne serais pas un chat, puis accepter quand même un chat existant, et faire comme s’il aboyait à toutes fins pratiques).

Ainsi,

But a government that initiates the employment of force against men who had forced no one, the employment of armed compulsion against disarmed victims, is a : such a government reverses its only moral purpose and switches from the role of protector to the role of man’s deadliest enemy, from the role of policeman to the role of a criminal vested with the right to the wielding of violence against victims deprived of the right of self-defense.
Ayn Rand [5] (http://aynrandlexicon.com/lexicon/government.html)

Nous pouvons dès lors poser plusieurs questions très simples : est-ce que oui ou non le gouvernement des États-Unis (ne serait-ce que de par l’anticonstitutionnelle et contraire au Droit guerre à la drogue) « initiates the employment of force against men who had forced no one » ? À l’évidence oui. Et est-ce que dès lors Rand et se disciples se comportent ou se comportaient vis-à-vis de cet État comme d’une « nightmare infernal machine designed to annihilate morality » ? Certainement pas : Rand votait pour divers candidats à la présidence de cette « nightmare infernal machine » (qui n’avaient eux-mêmes nulle intention de changer la nature de cette « nightmare infernal machine »), exprimait un avis sur le sexe approprié du président (de cette « nightmare infernal machine », donc), contestait la légitimité de la désertion (des militaires conscrits par la « nightmare infernal machine », et forcés à tuer selon les ordres de ses dirigeants) etc. (voir aussi [6] (http://laissez-faire.ch/en/articles/laissez-faire-the-political-philosophy-of-civilization/) 3.2.2).

Toolbox
Search
Meta

Other languages