Monnaie

From Liberpédia

Table of contents

Troc et monnaie

Types de monnaie

Nous pouvons distinguer les monnaies réelles, dont la stabilité de prix dépend de facteurs technologiques, et les monnaies fiduciaires, dont la stabilité de valeur est purement discrétionnaire.

Monnaie réelle

Monnaie fiduciaire

Monnaie et indice des prix

Inflation

Déflation

La monnaie comme instrument du vol étatique

Conditions préalables

Le cours légal

L'Etat rend obligatoire l'usage de sa monnaie, d'une part en lui conférant le statut de cours légal [1] (http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006419552&dateTexte=20100228), ou en interdisant l'usage d'autres monnaies ou même la possession de métaux précieux pouvant être utilisés comme monnaie[2] (http://www.presidency.ucsb.edu/ws/index.php?pid=14611&st=&st1=).

La monnaie fiduciaire

Une monnaie fiduciaire est constitué de papier ou de pièces qui n'ont que peu ou pas de valeur pour un autre usage que monétaire, contrairement par exemple à des pièces d'or ou d'argent. L'Etat peut donc librement créer de la monnaie, soit directement en imprimant des billets, soit indirectement (taux de réserve faible, prêt de monnaie qui n'est que virtuelle).

Les pseudo-garanties

L'étalon-or

Avec un système d'étalon-or, l'Etat promet d'échanger les pièces ou billets de banque contre de l'or à un taux donné. La monnaie doit donc garder une valeur proche de celle de l'or si l'Etat ne veut pas être amené à échanger toutes ses réserves d'or.

Cependant, il peut mettre fin à tout moment à cette obligation, qualifiant ce manquement par un euphémisme tel que « closing the gold window » employé par Nixon aux États-Unis.

Les taux de change fixes

Dans un système de taux de changes fixes, l'Etat se tient prêt à échanger de la monnaie nationale contre des monnaies étrangères à un taux de change déterminé.

Il peut cependant mettre fin à tout moment à cette parité de valeur en opérant une dévaluation.

La « monnaie pleine »

Méthodes concrètes de vol monétaire

L'inflation

L'inflation désigne l'augmentation de la masse monétaire. Lorsque l'Etat augmente la masse monétaire, les prix augmentent, et la valeur réelle de la monnaie (numéraire, épargne) diminue.

La redénomination ("enlever des zéros" d'une monnaie), neutre en tant que telle, est un symptôme de l'inflation.

La dévaluation

Dans un système de taux de change fixes, l'Etat décrète une dévaluation lorsque l'écart entre le taux de change officiel (de sa monnaie par rapport aux autres monnaies) et un taux de change correspondant aux conditions réelles du pays devient trop important. La monnaie nationale s'échange alors brusquement à un taux plus faible par rapport aux autres monnaies, ce qui se traduit en perte de pouvoir d'achat des produits étrangers pour ceux qui détiennent la monnaie nationale.

La réforme monétaire

Avec une réforme monétaire, l'Etat peut opérer un vol plus ciblé que l'inflation.

Une réfome monétaire communiste, par exemple, peut consister à adapter une nouvelle monnaie, l'ancienne monnaie étant échangée contre la nouvelle à un taux de conversion progressif.

  • Tchécoslovaquie 1953 Le 1er juin 1953, le gouvernement communiste de Tchécoslovaquie opére une réforme monétaire, les vieilles couronnes sont échangées contre les nouvelles à un taux progressif. Ainsi, les liquidités sont échangées à un taux allant de 5:1 à 50:1 selon les cas et le montant des avoirs (par exemple, pour le numéraire, le taux était de 5:1 en dessous de 300 couronnes par personne et de 50:1 au-delà.) Certains avoirs sont tout simplement "annulés", alors que les dettes aux institutions monétaires (d'Etat), sont converties au taux minimal de 1:5. Bien entendu, les membres du Parti bénéficiaient de taux préférentiels pour des montants illimités.

Voir aussi

Toolbox
Search
Meta