Conscription

From Liberpédia

Esclavage pratiqué par l'État dans le but de constituter une armée.

Table of contents

Particularités de la conscription par rapport aux autres formes d'esclavage

Le pouvoir de facto de vie et de mort sur l'esclave

La conscription est l'une des pires formes d'esclavage, puisque le maître d'esclaves peut envoyer les esclaves se faire massacrer au front. Or, un criminel qui kidnappe une personne et la réduit en esclavage, est dès lors responsable de tout ce qui lui arrivera : si elle meurt de faim ou dans un accident lié à l'enlèvement, l'esclavagiste n'est coupable plus seulement d'esclavage (et donc d'agression physique, enlèvement, menaces, toutes choses punies par tout Code pénal !), mais également d'assassinat. Même dans l'armée d'un pays neutre comme la Suisse, il y a chaque année des dizaines d'accidents : autant d'assassinats des hommes de l'État, pour lesquels ils devraient être jugés.

De plus, comme c'est un esclavage public, l'esclave ne peut même pas être "sauvé" par l'intérêt cynique d'un "propriétaire" qui voudrait le garder en vie pour en tirer un bénéfice. (cf. Hoppe)

Un esclavage non-reconu comme tel

C'est un esclavage qui est assez généralement accepté. Les hommes de l'Etat vont se servir de l'hypnose habituelle d'une façon particulièrement intense[1] (http://www.peres-fondateurs.com/~pan/?p=41), au point que certains esclaves ressentiront de la fierté à être esclaves, voire un sentiment de supériorité sur les non-esclaves.

Les avantages de la conscription pour les hommes de l'Etat

La guerre irresponsable

democratic wars tend to be total wars. In blurring the distinction between the rulers and the ruled, a democratic republic strengthens the identification of the public with a particular state [...] Resistance against higher taxes to fund a war is increasingly considered to be treachery or treason. Conscription becomes the rule, rather than the exception. And with mass armies of cheap and hence easily disposable conscripts fighting for national supremacy (or against national suppression) backed by the economic resources of the entire nation, all distinctions between combatants and non-combatants will fall by the wayside, and wars will become increasingly brutal.
Hans-Hermann Hoppe, Democracy—The God That Failed, chapitre I, p.36

Diviser pour régner

Si les classes opprimées, et notamment les conscrits du pays voire de tous les pays auraient intérêt à résister ensemble, il est au contraire dans l'intérêt des hommes de l'Etat que la caste exploitée soit aussi divisée que possible : que ce soit par une simple désobéissance pacifiste aux ordres, le refus généralisé de se rendre au recrutement, ou l'usage des armes généreusement distribués aux esclaves pour se rebeller contre les maîtres d'esclaves, les hommes de l'Etat seraient bien impuissants face à une telle action.

La division linguistique sera donc encouragée, de même que le nationalisme ou l'intolérance religieuse, par l'hypnose et la réglementation étatique.

Les marxistes internationalistes ont eu raison de critiquer cette fausse conscience de classe-là, même si par ailleurs ils en défendent une eux-mêmes.

Soldats ! Retournez vos fusils contre nos oppresseurs communs !

Image:Fuckthedraft.jpg

Image:Y4186 125.gif

Voir aussi

Toolbox
Search
Meta